Exploit – Interview de Quentin Chavaz, golfeur et étudiant

Etudiant: qui sont-ils?

Sur le green avec Quentin Chavaz

A côté de son bachelor sport-études à l’ESM, Quentin Chavaz, 23 ans, consacre tout son temps à la pratique du golf de haut niveau dans le but de devenir professionnel. Vice-champion valaisan au début de ce mois, 4 fois titré meilleur joueur de son club, le joueur du Golf Club de Sion nous raconte son quotidien bien rempli et ses ambitions sportives. 

photos: @Gregoire Chavaz

-Quel est votre parcours sportif ?

-Quentin Chavaz : Je joue au golf depuis l’âge de 10 ans. Au début j’étais hockeyeur et je ne voulais pas entendre parler de golf. Mon grand-père était fan de golf et mon père jouait également alors je m’y suis mis pour le plaisir. A 14 ans j’ai arrêté le hockey pour me consacrer uniquement au golf. Je suis alors passé par les étapes classiques. J’ai d’abord rejoint l’équipe cantonale du valais, puis l’équipe suisse au niveau junior avec laquelle j’ai pu m’aligner dans des compétitions internationales.

-Pourquoi avoir choisi le golf ?

-J’aime beaucoup le jeu en lui-même et me surpasser. Contrairement au hockey notamment où l’on peut se cacher derrière quelqu’un ou l’équipe quand cela ne va pas comme on veut, au golf, même si on est fort, on peut échouer si on est dans un moins bon jour. Cela apprend à rebondir. Il y a quelques semaines, j’ai perdu un tournoi sur les deux derniers coups alors que j’étais en tête le samedi et je menais jusqu’au 17e trou le dimanche… J’apprécie de pratiquer un sport individuel où le dépassement de soi et le mental sont très importants. Au golf, il y a toujours un enjeu, car même hors compétition, on se bat contre soi-même et contre le parcours.

Quentin Chavaz (3) @ Gregoire Chavaz

-De par votre âge, vous avez récemment quitté le statut de junior. Comment faites-vous pour poursuivre vos objectifs sportifs ?

-Effectivement, depuis l’âge de 21 ans, je ne suis plus considéré comme junior et je ne bénéficie donc plus de l’encadrement offert par le cadre national. Cela a changé beaucoup de choses pour moi. J’ai rejoint une structure privée avec un manager qui s’occupe de coordonner les entraînements physiques et techniques et d’organiser mon emploi du temps. On est plusieurs sportifs dans cette équipe composée principalement de golfeurs.

Tout cela m’a également obligé à revoir mon financement qui auparavant était pris en charge par le cadre national en tant que junior. Désormais c’est mon manager qui recherche des sponsors. Mon papa fait également un immense travail pour me trouver du soutien et jusqu’à maintenant cela fonctionne. Il faut se rendre compte qu’aller sur un tournoi signifie des frais considérables entre les déplacements, les nuits d’hôtel et les repas. En junior j’allais à l’étranger très régulièrement, maintenant je m’autorise un tournoi par mois à l’étranger pas plus. Le reste des tournois je les joue en Suisse.

Quentin Chavaz (1) @ Gregoire Chavaz

-Pouvez-vous décrire votre quotidien en période d’entraînement ?

-Durant l’été et hors des périodes de cours, je consacre tout mon temps libre au golf. Le matin est dédié à l’entraînement technique, puis je pratique environ une heure d’entraînement physique, par exemple du cross-fit, du fitness ou de l’entraînement de la force. L’après-midi, je recommence avec l’entraînement technique et fais souvent un parcours avec un coach. Un parcours prend environ 4 heures.

Enfin, je réalise chaque semaine un entraînement mental pour améliorer ma gestion de la pression, mon point faible en ce moment. Pour moi c’est important de se mettre régulièrement sous pression pour garder l’habitude en tournoi.

-Et lors des périodes de cours, comment faites-vous pour concilier vos études et votre sport ?

-La semaine, je vis à Genève pour être présent un maximum aux cours. En hiver, je suis le plus de cours possible et en été j’allège mon horaire pour avoir au moins deux jours de libre dans la semaine, un pour l’entraînement et l’autre, en général le vendredi, pour les déplacements en tournois.

Durant ces périodes-là, je ne fais rien d’autre. Le « sacrifice » est là. Je ne fais pas de sortie et durant les week-ends je ne peux pas me dire que je me rattrape, car je suis toujours en tournoi quelque part. 

-Votre vie est bien remplie. Avez-vous néanmoins quelques moments de vacances ?

-En golf, il n’y a pas tellement de pause, car même s’il fait froid en Suisse, il y a toujours des tournois à l’étranger. Même en Valais par exemple, le golf ne ferme que deux semaines en hiver. Durant la période de Noël, je vais en camp d’entraînement aux Canaries pendant deux semaines.

Même si je m’entraîne quand même, je fais une pause tournoi d’environ un mois. Cela me permet de voir des gens, de faire et de penser à autre chose. Je m’autorise également la pratique d’autres sports comme le ski et le surf.

– Pourquoi avoir choisi d’étudier à côté de votre sport ?

-Ça a été une décision difficile, car j’ai plusieurs amis qui ont fait le choix de devenir professionnels de golf lorsque j’ai décidé d’étudier. En accord avec mes parents, j’ai choisi d’avoir un parachute de secours pour le jour où j’arrêterai ma carrière sportive. J’avance un peu moins vite au niveau sportif, car avec l’école, je ne peux pas devenir professionnel. Le statut de pro nécessite d’être toute la semaine en tournoi du lundi au dimanche. Cela dit mes études me plaisent beaucoup et il y a plusieurs chemins pour arriver au sommet.

-En parlant d’atteindre les sommets, quels sont vos rêves et objectifs ?

-Mon objectif est double. Je souhaite réussir mes études pour ensuite me consacrer une année ou deux à 100% au golf et monter dans les classements pour tenter d’en vivre. Même si le golf est une discipline qui présente une grande longévité, à l’exemple de Tiger Woods, il n’est pas sûr que j’aie envie de jouer au golf jusqu’à 50 ans. J’étudie la communication avec comme but de travailler dans l’événementiel. Je me vois bien dans l’organisation de tournois et d’événements sportifs le jour où j’arrêterai ma carrière.

ESM octobre 2021

photos : @ Gregoire Chavaz

Suivez Quentin Chavaz sur Instagram:

questions

C’est avec un grand plaisir que nous répondons à vos questions.

Aussi par téléphone

022 979 33 79

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Par l’envoi de ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Contactez-nous aussi par téléphone pour poser vos questions ou prendre un rendez-vous sans engagement.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Par l’envoi de ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

documentation

Vous souhaitez recevoir de la documentation ?

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Par l’envoi de ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique de confidentialité

Recueil de renseignements

En soumettant vos coordonnées sur nos différents formulaires de contacts (demande de documentation, nous contacter, sollicitation pour une entrevue, inscription à un événement, etc.) vous êtes automatiquement ajouté à notre liste de diffusion pour nos bulletins d’information réguliers.

Les informations personnelles, recueillies par le biais de nos formulaires, sont confidentielles et sécurisées. Nous ne transmettons aucune de vos données à des tiers.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment et facilement via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails ou en nous écrivant à esm@esm.ch

Pour toute information, commentaire ou suggestion concernant notre gestion des données personnelles, écrivez-nous à esm@esm.ch.